2017 vu par le Mas de Libian (Sud Ardèche)

" Le millésime 2017. Un printemps froid a créé un stress pour ces dames Grenache. Ce grand cépage de la Vallée du Rhône, est une « princesse sur un pois », il ne supporte pas le moindre stress et sa façon de réagir est la coulure. Car définitivement, il ne serait pas raisonnable d'élever des enfants dans des conditions pareilles ! Ce qui a pour résultat immédiat une toute petite récolte mais toujours de qualité. Puis vint l'été ... Je pense que personne n'a oublié la sécheresse. Chez nous la dernière pluie de printemps était le 11 mai (30 mm) et il a fallu patienter longtemps, longtemps. Trop tard car la pluie suivante est tombée début novembre. Heureusement nos terroirs sont DES TERROIRS à vigne avec une grande profondeur d'argile, donc un grand réservoir d'eau. Ainsi que des cépages méditerranéens; Grenache et Mourvèdre. Les vignes ont bien résisté mais évidemment les baies de raisin n'étaient pas vraiment gorgées de jus. D'une façon générale, entre la coulure et le manque d'eau c'est une demi récolte que nous avons rentré en cave. C'est bien dommage, car le millésime 2017 est vraiment joli. Et je pense que la biodynamie aide vraiment les vignes a supporter ces périodes difficiles pour elles.
À la dégustation, vous ne vous y tromperez pas, c'est bien un vin du sud que vous avez dans le verre. Ce genre de luxuriance typiquement méditerranéenne, ces fruits, cette garrigue, ces épices, ce côté solaire, cette générosité, cette ouverture, oui c'est bien le sud, mais un Sud en légèreté, en équilibre."

2017 vu par Julien Pilon (Rhône Nord)

" En sortant de deux superbes millésimes comme 2015 et 2016, avec pour le premier des vins de grande maturité et de concentration, et pour le second des équilibres remarquables, la probabilité d’enchaîner une troisième récolte de même niveau semblait faible. L’été 2017, chaud et très sec, a posé de gros problèmes à de nombreuses régions viticoles, mais, j’ose à peine le dire, peu ou pas dans le Rhône nord ! Les volumes vinifiés sont en baisse par rapport à 2016 mais restent raisonnables et les qualités sont au rendez-vous. Nous commençons les vendanges début septembre pour les Condrieu qui offrent toujours des maturités précoces. La récolte s’est ensuite déroulée d’un fil, en vendangeant progressivement les Crozes-Hermitage blancs et Saint Péray, les Hermitage blancs et enfin les Saint Joseph blancs. Les Syrah de Cornas ont pris le relai à la mi septembre pour terminer à la fin du mois par les Saint Joseph rouges et les Côte-Rôtie.

Les profils des blancs sont riches c’est pourquoi il était important à mon sens de ne pas trop attendre pour vendanger afin de garder le potentiel acidité qui permet de tenir les vins sur la longueur. Cette option s’est avérée payante puisque les vins offrent à la fois de belles intensités aromatiques ainsi que de belles complexités mais ne tombent pas dans les travers de lourdeur. Les équilibres sont très intéressants car ils s’appuient sur de l’acidité mais également de beaux amers.

Concernant les rouges, la météo très clémente de la fin septembre/début octobre nous a permis d’atteindre les maturités souhaitées sans difficulté. Les profils des vins sont très élégants avec des nez très bien définis mais également de belles acidités.

En conclusion, ce millésime 2017 est une vraie réussite sur notre secteur et s’inscrit parfaitement dans la lignée de 2015 et 2016.