Questions et clichés autour du vin rosé

On connait la réussite du rosé mais un tas d'idées reçues entourent encore ce vin. Les nouveaux millésimes arrivent et on avait envie de faire avec vous le tour des questions fréquentes et aussi, de gentiment « renverser » certains clichés.

C'est un vin joyeux, qui annonce les beaux jours et cette année on l'attend avec encore plus d'impatience.

« Le rosé est un mélange de vin blanc et rouge »

En France c'est totalement interdit d'assembler du vin rouge et du vin blanc pour obtenir du rosé. C'est pas nous qui le disons, c'est la loi. Pour obtenir du rosé, l'on part d'un raisin à peau rouge, et c'est par l'art de la macération et de la vinification que l'on obtient cette douce couleur aux arômes du bonheur. On sait qu'à l'étranger certains pratiquent cette méthode (chaque pays à son cahier des charges). Il faut toutefois souligner l'exception de la région champenoise en France, où l'élaboration du Champagne rosé est obtenue par assemblage de rouge et de blanc.

« Le rosé ça donne mal à la tête »

Le responsable des maux de tête (la barre au milieu du front) serait le soufre. Le rosé et le vin blanc sont souvent plus riches en sulfites (so2). Cette mauvaise réputation viendrait de là. Effectivement, certaines personnes sont plus sensibles au so2 (qui rappelons-nous est naturellement présent dans la pellicule des baies de raisins) mais ne serait-il pas temps de se rendre à l'évidence que l'alcool est le premier responsable ? Si cela peut vous aider à surmonter les lendemains difficiles, dîtes vous qu'il s'agit d'une petite conséquence de la convialité et du partageNous vous laissons cogiter ...

« Le rosé c'est pour les filles ! »

Alors bon faut bien l'avouer cette remarque n'agace pas toute l'équipe de la même manière. Saviez-vous que chez les Vins Marcon notre équipe de vente est majoritairement constituée de femmes ? Alors on prend le clavier, et on en profite. S'il y a un cliché dont on se passerait, c'est bien celui-ci. Hé vous tous il serait temps de passer à autre chose non ? 
Le rosé, c'est synonyme d'été, de barbecue, de moments conviviaux, d'apéros au bord de la piscine (ou de la mer pour les plus chanceux-ses). Son camaïeu de roses inspire les sommeliers, les graphistes et autres designers, la poésie et l'amour. Alors si le rosé est un vin de fille, attendez-vous à vous retrouver en coulisse cet été messieurs. 

« Rosé piscine ! »

Tous les goûts sont dans la nature, donc si vraiment ça vous plait n'hésitez pas. Mais on l'avoue notre petit cœur de marchand de vins a du mal à supporter la vue des glaçons dans un verre de vin.

« Le rosé c'est pas du vin, c'est juste commercial »

Le rosé c'est bien du vin ! On vous souffle une info qui va vous permettre de frimer : c'est le premier vin qualitatif qui a été élaboré. Comme l'explique Yves Legrand « Ces vins clairs font d'ailleurs partie de la hiérarchie des vins prestigieux, comme l'illustre la célèbre liste "Bataille des vins" établie au début du XIIIe siècle par Henri d'Andeli en l'honneur du roi Philippe Auguste, connu comme grand buveur. D'après les mots du roi, le vin clair est jugé comme étant le meilleur, le plus doux et semble être le plus considéré de tous. »

Ecoutez toute l'émission pour devenir un crac en histoire de rosé

Et pour les plus curieux, comment fait-t-on du rosé ?

Il y a deux façons de faire du rosé : le rosé de saignée et le rosé de presse.
Le rosé est élaboré à partir de raisins à peau rouge. La couleur du vin est due aux anthocyanes (colorants rouges) naturellement présents dans la pellicule des raisins. La façon d'élaborer le rosé se rapproche du vin rouge. Tout d'abord La première étape est l'égrappage (aussi appelée éraflage, on sépare les baies de la grappe) puis vient le foulage qui consiste à éclater les baies afin de libérer le jus.
* Pour les rosés de presse. Les raisins sont directement pressés, plus ou moins longtemps selon le résultat souhaité par le vigneron. (La majorité des rosés sont élaborés de cette façon. Chez Marcon par exemple la cuvée Essentielle du domaine Les Masques)
* Pour le rosé de saignée (chez Marcon par exemple la cuvée Ninette du domaine Le Roc), les étapes se rapprochent de l'élaboration d'un vin rouge. On procède à une macération ce qui permet à la pellicule du raisin de colorer le jus. Cette étape peux varier entre 8h et 48h.
La suite de la manœuvre est la même pour les deux types de rosés.On va procéder au débourbage. Le jus est mis en cuve et on sépare les parties solides du jus. La fermentation alcoolique peut alors démarrer, elle va durer environ une dizaine de jours. On procède ensuite à l'élevage en cuve, on laisse le vin se reposer quelques semaines. Certains procèdent à un élevage en barrique et à une fermentation malolactique mais cela reste très rare. Une fois le vin terminé il est mis en bouteille.

Schéma vinification vin rosé