L’Alambic des Monts d’Ardèche, c’est le fruit du travail acharné de Julien et Tiphaigne, et Julien et Tiphaigne, ce sont deux hommes liés par la passion commune du savoir-faire artisanal. Des mots, des idées et un état d’esprit qui nous ont immédiatement séduits chez Marcon.
Dans les années 70-80, le père de Julien rachète un vieil alambic de 1929 composé de trois vases de 200 litres chacun. Pendant une vingtaine d’années, elle est exploitée pour de la prestation de service auprès des nombreuses fermes de la région élaborant des moûts de fruits de l’année.


Aujourd’hui, Julien a hérité de cette jolie bécane et reprit l’activité de prestataire aux côtés de Tiphaigne, jeune passionné de la transformation et des produits de terroir.
En Juillet 2017, après un travail de longue haleine pour mettre en place la société, ils créent ensemble l’Alambic des Monts d’Ardèche - Distillerie du Bateau. « Le bateau », c’est ce lieu-dit situé sur la commune de Beauvène et proche d’un pont où était mis en place à l’époque un système de navette pour passer d’un point à un autre.
Conjointement, accompagnés de leurs proches et d’amis, Julien et Tiphaigne donnent naissance à cette « micro distillerie » artisanale à 200 % et ce, jusqu’au bout des doigts. En effet, chacun possède déjà une activité professionnelle en parallèle : Julien est musicien, Tiphaigne est charpentier. Lors de notre dernière rencontre, ils exprimaient toutefois tous les deux la volonté d’en faire un travail à part entière, et ce le plus tôt possible !


Formés sur le tas, au travers de valeurs de transmission et de partage que nous estimons chez Marcon, Julien et Tiphaigne jouissent aussi du savoir-faire de la compagne de ce dernier, de formation liquoriste et travaillant donc étroitement avec eux sur l’élaboration des liqueurs.
Avec près de 1 800 litres, 10 000 bouteilles sont produites et commercialisées chaque année. Aussi, au-delà de ces notions de savoir-faire traditionnel et local, nos distillateurs ardéchois souhaitent proposer une double démarche au travers de leurs produits : à la fois populaire et accessible, avec leurs liqueurs gourmandes et originales, mais également prestigieuse, sur des eaux-de-vie fines et subtiles.
Comme énoncé précédemment, Julien et Tiphaigne s’inscrivent dans une dynamique respectueuse et attentive pour l’élaboration de leurs produits. Aussi, l’eau de source locale uniquement est exploitée. De plus, les fruits choisis ont poussé dans un rayon de 30 kilomètres maximum autour de la distillerie. Les mirabelles, les cerises et les pêches sont cultivées sur la commune même de Beauvène. Les fraises, c’est à nouveau la compagne de Tiphaigne qui s’en charge. Enfin, ce dernier fait pousser quelques 209 pieds d’arquebuse dans son jardin !


Les sucres utilisés ainsi que certain fruits sont déjà certifiés en agriculture biologique, mais une conversion progressive est en cours sur l’ensemble de la distillerie. Nos compères affectionnent également une certaine mouvance biodynamique et ésotérique, avec cette volonté constante de tirer le meilleur de leurs produits. Ils sont particulièrement attentifs à la provenance des fruits et au respect des sols sur lesquels ils poussent. Enfin, ils privilégient constamment des fruits à maturité optimale et ainsi très concentrés : la qualité de la matière première est donc primordiale !
Julien et Tiphaigne veulent sortir de l’ordinaire, et ça aussi on apprécie chez Marcon : beaucoup de recherches sont faites sur les nouvelles recettes de liqueurs possibles, une partie de la sélection notamment les alcools blancs est vieillie en fûts de chêne et mise de côté, à la recherche de cet « effet millésime » que l’on connait déjà sur les vins mais bien moins sur les alcools…